Conseils et astuces pour enseigner efficacement en ligne

Author 04
Yassine Nokry - 2021-04-10 13:22:00
News single

Même avant la pandémie, il est indéniable que nous vivons dans un monde numérique où tout s'est converti en ligne. Et il en va de même pour l'enseignement et l'apprentissage. L'éducation, comme tous les autres domaines, doit s'adapter aux nouvelles générations et aux nouvelles exigences. Une entreprise dont la présence en ligne est inexistante est une entreprise qui souffrira à long terme. Tout le monde utilise les moteurs de recherche pour chercher tout et n'importe quoi. Le tutorat et les cours particuliers ne sont pas exclus. Si vous n'avez jamais envisagé de passer à des services de soutien scolaire en ligne, alors peut-être que cet article vous aidera.

Quelles sont les difficultés du soutien scolaire en ligne ?

Le rôle d'un professeur particulier diffère de celui d'un enseignant dans le sens où il ne s'agit plus seulement de transmettre, mais d'accompagner le processus d'apprentissage. Répondre à des questions, rechercher les "signaux" d'une activité d'apprentissage (tel élève s'est-il connecté ? A-t-il fait ses devoirs ? Participe-t-il aux discussions ?), faire un suivi, guider d'un point de vue méthodologique, rassurer, expliquer, motiver... C'est déroutant pour certains car c'est loin de toutes les pratiques et activités de classe auxquelles chacun est habitué mais cela représente un double niveau de difficulté pour les enseignants : il s'agit non seulement d'accompagner les élèves mais aussi leurs parents. 

Réseaux sociaux et mise en réseau

L'être humain est un être social, qui a besoin des autres pour apprendre (entre autres choses). Les liens sociaux prennent une place encore plus importante que dans la salle de classe. Les élèves ont recréé un environnement social grâce aux médias sociaux, numérisant ainsi les relations qu'ils ont tissées en face à face. Les enseignants ne doivent pas oublier cet aspect lors de la transition vers l'apprentissage en ligne. Penser à des activités d'apprentissage collaboratif, faciliter les échanges et le soutien par les pairs sont des éléments qui restent sous-exploités, alors qu'ils font partie des facteurs de réussite des systèmes d'apprentissage numériques. Ainsi, lorsque vous recherchez une plateforme, assurez-vous qu'elle dispose d'une fonctionnalité vous permettant de rester en contact avec vos étudiants et vos clients.

La relation enseignant-élève : L'activité neuronale augmente en présence d'émotions positives et lorsque l'enseignant célèbre l'apprentissage et la prise de risques (dans un climat où l'erreur est bienvenue, où le jugement est évité - tant dans la relation enseignant-élève que parmi les élèves eux-mêmes). L'activité neuronale est ralentie en présence d'émotions négatives ou d'un stress élevé. Essayez donc d'avoir une attitude encourageante à l'égard des progrès, des efforts et du processus et n'oubliez pas de consacrer un temps d'échange sur les erreurs de chacun : qu'avez-vous manqué cette semaine ? Qu'en avez-vous appris ? Que ferez-vous la prochaine fois ?


Utiliser le feedback : Cela signifie que l'évaluation et l'appréciation ne sont pas fixes et cela montre à vos élèves que tout est question de développement et que travailler sur une compétence demande du temps et un dévouement qui peut varier d'une personne à l'autre. Vous pouvez également remplacer "non acquis" par "pas encore acquis" pour vous conformer à l'état d'esprit de développement. Recevoir un retour d'information immédiat joue également un rôle important dans l'apprentissage. Plus le feedback est proche dans le temps de l'erreur, plus l'action corrective sera efficace et intégrée de façon permanente.


Stimulez l'émotionnel : Donner vie à des concepts abstraits grâce à des histoires, des biographies et des exemples permet d'ancrer l'apprentissage sur le long terme. Les jeux stimulent également les émotions des élèves, de l'école primaire à l'enseignement supérieur. 


Montrer comment apprendre : L'apprentissage est un processus d'appropriation de : questionnement, description et intégration, organisation, de synthèse et de schémas. Le COMMENT est aussi important que le QUOI.


Une leçon doit être réactivée plusieurs fois : Les neurosciences ont montré qu'il est indispensable de multiplier les exercices identiques et de s'entraîner avec une grande régularité, à intervalles de temps rapprochés pour automatiser les connaissances. 

Si une méthode ne fonctionne pas, changez-la ! Apprendre quelque chose à quelqu'un nécessite non seulement de répéter mais surtout de trouver le "canal d'entrée" le plus réceptif. Si la définition des concepts ne doit pas changer, la clé est de varier la manière d'expliquer. 

Pour rappel : les personnes visuelles retiendront les images et auront des difficultés à analyser/mémoriser les sons, les personnes auditives feront le contraire, les personnes conceptuelles ne feront ni l'un ni l'autre et apprendront des idées, quant aux personnes kinesthésiques, elles veulent manipuler tout ce que vous leur dites avec leurs mains.

Attention à ce que votre passion ne devienne pas votre ennemi : Lorsque vous avez développé beaucoup de connaissances dans un domaine, c'est probablement parce que vous aimez ce domaine. L'étudiant en est encore au stade où il ne sait pas s'il l'aimera autant que vous un jour ou non. Partez toujours du principe que, contrairement à vous, l'étudiant n'aime pas (autant) les tâches que vous lui demandez de faire.

Demandez-lui de reformuler : Tout le monde sait comment écouter en ayant l'air intéressé. Nous l'avons tous fait. Ne supposez jamais qu'un élève a compris parce qu'il vous le dit. Il se peut qu'il soit lui-même sincèrement convaincu, mais demandez-lui toujours de reformuler avec ses propres mots. C'est pendant la phase de reformulation qu'il va lever (et résoudre) ses propres blocages et intégrer l'information.


Anticipez les difficultés et les malentendus : Oubliez ce que vous savez sur le sujet et regardez-le avec les yeux de quelqu'un qui ne le connaît pas. Où avez-vous rencontré des obstacles lorsque vous l'avez appris pour la première fois ? Il y a 99,9 % de chances que votre auditeur rencontre (au moins) les mêmes, alors anticipez en ralentissant sur ces points précis et demandez-lui d'être plus attentif. Assurez-vous également que le point précédent est "clos" (en le faisant reformuler) avant de passer à une nouvelle difficulté, et rassurez votre auditeur en lui disant que vous y passerez autant de temps que nécessaire, pour lui enlever la pression implicite de devoir le comprendre du premier coup.


Lors de la première explication, élaguez autant que possible : Votre connaissance approfondie du problème vous fait penser à l'avance à mille nuances et détails dont votre élève n'a aucune idée, et qu'il n'a pas besoin de connaître tout de suite car cela ne ferait que l'embrouiller. La première fois que vous expliquez quelque chose à quelqu'un, laissez de côté tous les détails qui pourraient ralentir sa compréhension, donnez-lui simplement une vue d'ensemble. Une autre astuce que vous pouvez utiliser est de leur demander ce qu'ils veulent ou ce qu'ils peuvent faire avec ce qu'ils ont appris.


Votre expérience dans le domaine en question vous amène souvent à jongler sans penser au champ lexical, en intervertissant les mots tout en sachant à quoi vous faites référence. Pensez que tout est nouveau pour votre interlocuteur, même les mots ! Quoi que vous expliquiez à un débutant, veillez à ne pas le submerger avec toutes les définitions et noms possibles que cela peut avoir.